LA NONNA, LA MAMMA E LA FIGLIA

Texte & mise en scène : Christelle Saez
Interprétation : Aymeline Alix, Éléonore Arnaud, Céline Bodis et Maly Diallo.
Création sonore : Malo Thouément
Avec le soutien du théâtre de la Bastille et des Plateaux Sauvages. Créé au théâtre de Gennevilliers ( programme La Loge- T2G. ) Le partenariat avec Les Plateaux Sauvages a donné lieu à une lecture les 8 et 9 mars 2018, dans le cadre du festival d’autrices L’Équipé·e organisé à la MPAA de Broussais.

Cela débute par le départ de l’homme. La mère-épouse reste seule dans le silence de la maison. C’est alors qu’elle ouvre la bouche et se met à parler.

« La Nonna, la Mamma e la Filglia est une plongée dans la tête de plusieurs femmes. Tour à tour, elles témoignent d’instants de leur vie familiale et intime. Ils révèlent en négatif l’image d’un système : La famille. Le père, la mère, les enfants. Et pourtant, il faudra bien commencer par le commencement, et voir se dessiner en positif l’ombre et la lumière.  Ni l’épouse, ni la mère. La femme : voilà ce qu’il faudra découvrir. Mamma est un texte porte-parole. Je porte la parole de femmes de mon entourage, que j’ai croisées ou dont on m’a raconté l’histoire – des épouses, des mères de la génération de la mienne. Faire parler ces héroïnes de l’ombre. Dire et leur courage et leurs lâchetés, pour pouvoir parler de nous trentenaires, filles de nos mères, et futures-mères peut-être un jour. » Christelle Saez

Extraits


 
LA FILLE – Pourquoi mon frère dort avec sa copine dans sa chambre ?
LA MÈRE – Pourquoi pas ?
LA FILLE –Pourquoi mon frère a le droit de dormir avec sa copine dans sa chambre ?
LA MÈRE -Pourquoi ton frère n’aurait-il pas le droit de dormir avec sa copine dans sa chambre si ton frère le souhaite ?
LA FILLE -Parce que moi, à son âge, je n’avais pas le droit. 
LA MÈRE – Ah oui ? (Un temps.) Je ne m’en souviens pas. 
LA FILLE –Moi, je m’en souviens. Je n’avais pas le droit. 
LA MÈRE -Mais de quel droit parles-tu toi ? 
LA FILLE -Le droit de dormir avec mon copain dans ma chambre.
LA MÈRE -Quel copain ?
LA FILLE -Le mien. Mon premier amour.
LA MÈRE -Ton premier quoi ? (Un temps.) Toi, ce n’est pas pareil.
LA FILLE – Et pourquoi moi ça ne serait pas pareil ?
LA MÈRE – Parce que toi, tu es une fille, et que lui c’est un garçon. Et qu’avec les filles, il faut faire attention. 
LA FILLE -Et les garçons ils ne doivent pas faire attention ?
LA MÈRE -Les garçons ce n’est pas pareil. 
LA FILLE -Pourquoi mon premier amour n’avait pas le droit de passer la porte de la maison ? 
LA MÈRE – Demande à ton père. 
LA FILLE – Mon père ne parle pas.
LA MÈRE – Les hommes ne parlent pas. 
LA FILLE – Il n’y a que les filles qui parlent ?
LA MÈRE – Oui.
LA FILLE – Pourquoi ?
LA MÈRE – C’est comme ça. Les filles restent à la maison et apprennent à parler pendant que les hommes jouent dehors. 
LA FILLE -Et quand est-ce qu’ils apprennent eux ?
LA MÈRE -Les hommes n’ont pas besoin de parler.
LA FILLE – On est sûr de ça ?
LA MÈRE – C’est ce qu’on dit.